Le « visa Balladur » tue. Abolissons-le !

Le silence médiatique et politique persiste au large de Mayotte où plus de 10 000 Comorien-ne-s et personnes venues notamment de l’Afrique des grands lacs et de Madagascar sont mort-e-s depuis 1995, année de l'entrée en vigueur du "visa Balladur". La France est directement responsable de ce drame humain. C'est pourquoi nous demandons aux autorités françaises d'abolir le "visa Balladur".

Alors que depuis la photo tragique du corps du petit Aylan sur une plage Turque et sa forte médiatisation, on parle enfin des mort-e-s en Méditerranée et dans la mer Egée, le silence médiatique et politique persiste au large de Mayotte.

Pourtant, la France peut, sans en référer à d'autres pays, arrêter les drames dans l'Océan indien en supprimant « le visa Balladur ».

C'est en effet la France qui a décidé de dresser une barrière administrative devenue militaire autour de Mayotte. Le 18 janvier 1995, après des siècles de libre circulation entre la Grande Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte (les 4 îles de l’archipel des Comores), le gouvernement Balladur décide d’instaurer un visa aux conditions draconiennes pour entrer sur l’île de Mayotte. Une frontière est née. Au péril de leur vie, les Comorien-ne-s et les personnes venues notamment de l’Afrique des grands lacs et de Madagascar, tentent la traversée maritime à bord d’embarcations de fortune, les « kwassa-kwassa ». Depuis 1995, on dénombre plus de 10 000 mort-e-s au large des côtes mahoraises.

Nous demandons aux autorités françaises  la suppression du « visa Balladur » et revendiquons la liberté de circulation et d’installation de tou-te-s.

Signer

Diffusez auprès de votre entourage